To be Gourde or not to be Gourde???

To be Gourde or not to be Gourde???

L’article de la semaine dernière était booké, programmé. Et en buvant le café à la pause dans mon super mug, je tombe sur le magazine d’annonce local ou il doit y avoir trois articles et sur un mini reportage sur le OCEAN CLEANUP.

C’est marrant la vie, car je trouvais mon sujet sur la gourde assez léger, j’avais plus fait la promotion de la gourde, que celle de l’écologie. La gourde est le moyen de résoudre la cause (ou plutôt un des petits moyens, mais ça permet ce petit pas dont je parlais avec l’histoire du colibri). Et puis, je tombe sur cet article, qui me parle de récupération des plastiques alimentaire dans les océans et de cette invention.

Du coup, CRICRI LA CURIEUSE est partie en quête pour en savoir plus…

Le OCEAN CLEANUP est une organisation de chercheurs des pays bas, lancée à l’initiative de BOYAN SLAT militant écologique de 25 ans. Plongeur sous marin, dans son adolescence il a été choqué de la pollution par le plastique des fond marins en Grèce et l’ idée des nettoyer les océans, ne l’a plus quitté.

Lors d’un  travail sur un projet au lycée, il a commencé à chercher un moyen de résoudre le ramassage en pleine mer et il a conçu son appareil flottant qu’il a réussi à faire financer en partie par des dons sur une plateforme participative qui à motivé, par la suite, de plus grosses structures financière européennes et mondiales à investir.

Le concept: une grosse bouée en forme de fer à cheval avec des gros boudins flottants équipés dessous d’une jupe de trois mètres de long. Avec les vagues, la structure se déplace entraînant les plastiques qui eux flottent juste au dessous du niveau de l’eau. La structure centralise les déchets qui  régulièrement seront récupérés par un bateau qui les ramènera, à terre pour le recyclage. Cet appareil laisse passer la faune, les organismes vivants, le but étant de sauvegarder l’équilibre de ces océans. Même si les boudins ne peuvent retenir que les grosses particules de plastique, les micros particules elles, malheureusement se propagent dans l’eau.

CLEAN 2

Son équipement promet le ramassage d’un secteur très pollué comme celui entre la Californie et Hawaï sous 5 ans. Alors qu’avec des bateaux et des filets il faudrait plusieurs centaines d’années. Le projet à coûté cher, mais le nettoyage des plastiques d’une ville comme New York est tellement importants que proportionnellement ce système même très coûteux serait rentable à terme.

Il faut savoir que seulement 9% des déchets plastiques sont recyclés, le reste s’amoncelle sur des sites d’enfouissement ou se répand dans la nature sous forme de détritus. C’est aujourd’hui 200 espèces qui sont menacées d’extinction à cause de la pollution plastique Par ailleurs, nettoyer les plages coûte extrêmement cher. La perte de revenus liés à la pêche est évaluée par les Nations Unies à plus de 30 milliards de dollars par an. Cela coûte donc bien moins cher de nettoyer les océans que d’y laisser le plastique qui s’y accumule. Enfin, les particules de micro-plastique ont intégré la chaîne alimentaire. Les poissons avalent le micro-plastique et les produits chimiques qui y sont attachés. C’est donc une menace sanitaire potentielle.

Le premier appareil SYSTÈME 001 à été mis en fonctionnement en septembre 2018 dans cette partie de l’océan qui devait servir de test. Malheureusement après 4 mois de ramassage le système à connu sa première « panne » puisqu’une partie, maltraitée par les courants, à lâché. Le système à été rapatrié par l’organisation, pour une réparation avant de pouvoir reprendre les essais ou voire une amélioration des matériaux et pourquoi pas, j’anticipe, pour le lancement de SYSTÈME 002 ?

Voir vidéo OCEAN CLEANUP

Et en fouillant sur le net, vous savez comment c’est; on ouvre un article, qui nous renvoie sur un autre, qui nous renvoie à un troisième, j’ai trouvé deux autres faits divers qui viendront compléter l’histoire de l’OCEAN CLEANUP.

Le premier sur un bidonville de la banlieue de New Delhi, coincé entre deux quartiers pavillonnaires hyper bourgeois, ou se déverse un canal de la ville, entièrement pollué de plastique, formant des murs et un macadam de plastique dans lequel traînent les enfants, et farfouillent les vaches, les chiens et tout les affamés du quartier. Le maire de la ville à pourtant interdit tout utilisation de sachet plastique ou bouteille à usage unique mais personne ne respecte cette loi.

CLEAN 3

Comble du cynisme, New Dheli en 2018 à été hôte dans le cadre de la journée Mondiale de l’environnement.

Article sur le bidonville de TAIMUR NAGAR

Tentons quand même de finir sur une note positive, une start-up norvégienne a trouvé une solution innovante pour recycler le plastique : le transformer en carburant. Un retour du produit transformé à son produit d’origine, tout en étant à priori moins polluant que ce qu’on pourrait l’imaginer. Ici article

Je n’ai pas la prétention de faire un sujet complet sur l’écologie, je traite juste un infime partie avec un axe très précis… Il y a tellement à dire,  je traite le sujet par un petit bout qui m’interpelle…Pardonnez moi ce survol…

Alors Gourde ou pas Gourde???

Achetons en conscience!!!

Cricri.

Petit clin d’œil musical