Emile the farmer

Emile the farmer

30 mars 2019 2 Par Les trucs à Cricri

Couture!

Je vous avais promis de la couture.

Avec ce blog, il faut du temps, beaucoup de temps, du temps pour créer le contenu écriture, relecture, correction orthographique (même s’il reste surement des fautes) et re, re, re lecture du texte, trouver ou faire les photos, mais aussi il faut du temps pour les thèmes, pour les penser, les organiser dans sa tête, trouver par quel bout on va les traiter; mais aussi pour certains thèmes, il faut du temps pour lire le livre, aller au cinéma ou coudre…

J’adore tout cela, et j’espère que vous le ressentez à travers mes partages, personne ne m’oblige à le faire, mais quand j’ai décidé de lancer ce blog, j’avais pris la décision de ne pas sacrifier mes plaisirs et passe-temps pour le tenir. J’ai rajouté des moments dans mes journées pour sa rédaction. Depuis quelques temps je travaille une heure de plus chaque jour pour pouvoir me libérer 4 heures le jeudi après midi à 13 heures, et c’est mon moment blog. De plus j’ai réussie à rajouter une bonne heure chaque soir entre le repas et l’heure de la pause détente avant d’aller dormir. Du temps, ou avant, je ne faisait pas grand chose… La réflexion de l’article se fait sur la route chaque jour, j’ai une heure au moins de trajet pour aller / retour du boulot et ce temps et parfait pour chercher les titres, le thème, la façon d’aborder le sujet, etc…

Et je suis comme tout un chacun, j’ai une maison à entretenir, un corps à nourrir, des courses à faire, du linge… bref tout pareil que tout le monde… Juste beaucoup de temps seule, du temps libre, pas de conversation à faire, ni cajolerie, ni d’enfant avec lesquels jouer… Donc libre comme l’air, pas de contraintes, juste celles que je me suis mise, j’en ai pas mal je vous assure, car je suis un peu Madame Challenge!

Et puis le truc que j’adore, depuis 3 ans maintenant.

Un jour j’ai du changer une vieille polaire que j’affectionnait particulièrement parce qu’elle ressemblait vraiment à une serpillière et une de mes copines me dit: ne la jette pas recycle là en un objet.

C’était plutôt une bonne idée et j’ai demandé à maman, couturière expérimentée,  de m’aider à la faire. Et de fil en aiguille, c’est le cas de le dire, je me suis acheté une machine une petite Singer débutante et j’ai commencé à coudre des vêtements, des sacs, et trois ans plus tard c’est devenue une vraie passion. Je suis pas une pro, parfois mon travail manque un peu de propreté dans les détails, j’suis un peu comme ça, faut que ça avance, mais c’est de plus en plus souvent que je découds quand c’est pas nickel, je suis une autodidacte, ma maman  m’a donné quelques trucs pour démarrer, et puis j’ai avancé toute seule.

Je suis une Cricri très très curieuse, c’est parfois un défaut car je me mêle de tout ( et surtout de ce qui me regarde pas 😉 ) je suis souvent au courant de trucs que je devrait pas savoir, mais ma curiosité c’est aussi d’aller chercher une réponse à mes questions là ou on peut la trouver; un mot dans le dictionnaire, un article sur internet pour lancer le blog, une vidéo pour apprendre à faire un ourlet avec le pied de biche spécial ourlet roulotté et je fais des tests, des fois c’est la cata… oui oui, je vous assure!!! Et des fois c’est bien et j’avance comme ça.

Comme toutes les coutures addicts du 21 eme siècle, je suit sur les réseaux sociaux des créatrices de patrons, les Burda et mode et travaux sont un peu dépassé; maintenant les patrons s’achètent pour la plupart sur internet, ils sont très souvent à imprimer et à construire en grandes planches, certains encore sont envoyés par la poste. Il faut imprimer les feuilles en A4, les scotcher les une avec les autres pour faire les différentes pièces du patron. Moi je les recopie à la bonne taille sur un plastique transparent qui servira de patron, ainsi les feuilles imprimées peuvent resservir pour une autre taille. C’est un travail plutôt fastidieux, mais ça fait aussi partie du plaisir, avec la pose sur le tissu et son découpage.

Et on se retrouve avec les pièces coupées:

3

Je vous l’accorde sur ce modèle y en a pas mal!

 

Le projet que je vous présente aujourd’hui est le SAC EMILE, et c’est un patron d’une maison de couture dont je vous ai déjà parlé lors d’un autre article, PETIT PATRON

Ce patron est vendu sur le site 8€, il est à télécharger et ensuite on monte les différentes pièces.

matériel: 

– 1 m tissu extérieur,
– 50 cm tissu intérieur
– 1 m thermocollant
– 1 zip séparable 40 cm

il y a plusieurs options, poche intérieure, poche extérieure et rabat.

Pour mon modèle ici, j’ai choisi de faire les trois options pour l’extérieur j’ai choisi un simili un peu cuir vieilli, j’ai décidé de le faire bicolore avec une suédine vache et pour l’intérieur un coton moutons. Ces trois tissus viennent de chez MONDIAL TISSUS.

J’ai pris 0.60m de tissu extérieur + 0.50m de tissu vache. Prix de revient du sac: 22.60 de tissus + 10.20 accessoires + 4 de patron (j’ai divisé le prix par deux car c’est déjà mon deuxième sac Emilie) soit: 36.80€.

J’aime beaucoup ce patron, son niveau de difficulté est de niveau intermédiaire de 3/5.

J’ai déjà fait beaucoup de sacs, je connais la logique, un peu les difficultés de ce genre d’articles, ils faut qu’ils soient solides et surtout il faut avoir une bonne machine qui va gérer les différentes épaisseurs. Le simili n’est pas très simple a coudre, car il a du mal à glisser sous le pied de biche donc le pied en Téflon est essentiel:

pied Sinon mettre un morceau de scotch sous le pied de biche classique aidera au glissement du tissu lors de la couture ou alors un papier de soie entre le tissu et le pied… Mais cela Margaux de Petit Patron l’explique bien sur les instructions de montage.

La première étape du sac est de préparer le rabat s’il y a rabat, mettre le petit aimant qui servira à tenir le rabat fermé, préparer la poche extérieure si on a choisi l’option. Pour cette option j’ai choisi comme sur les modèles de petit patron, d’utiliser une grosse fermeture et la première difficulté est je pense la pause des pattes de propreté sur le bord de la fermeture, Les crans de celle ci sont trop gros pour qu’on puisse faire une couture perpendiculaire, du coup il faut travailler en parallèle de la fermeture. Et la beauté de cette poche extérieure est quand même hyper importante. Ça à été pour moi un élément plus difficile.         24

Ensuite faire la façade et le dos plutôt aisé, la pose du rabat est un élément plus minutieux. Le rabat est cousu directement sur le dos, (souvent il est cousu avec la couture qui relie le corps extérieur et la doublure intérieure), là il est cousu sur le dos et rabattu avec une jolie couture pour cacher le bas tout moche et je trouve l’astuce plutôt chouette.

Ensuite, il faut faire la bande qui fera l’épaisseur du sac et la raccorder aux devant et dos. Et on a le corps du sac qui est prêt. Après, j’ai fait la doublure intérieure. Comme j’ai choisi l’option poche intérieure aussi, on commence par cette poche. Je l’adore, la façon de la faire est très facile avec ce patron et la poche est très jolie. Dans ce modèle la poche est en suédine vache, du coup le tissu est un peu rigide ce qui fait une poche impeccablement rectangle, bien finie. Je l’ai fait dans ma première version avec un voile de coton fuchsia et elle est tout autant réussie, même si elle sera surement moins solide pour y mettre portable et clés. puis l’assemblage du corps avant et du corps dos. A cette étape on a deux sacs imbricables l’un dans l’autre.

 

Ensuite il faut faire les anses. Celles ci sont doivent être essentiellement bien réussies et solides, car le sac doit pouvoir transporter les objets que vous y mettrez dedans, sans lâcher au bout de 10mn. Les pièces sont toutes doublées avec du thermocollant que j’ai choisi bien épais pour donner une rigidité à l’ensemble. Les bandes thermocollées sont déjà épaisses et il faut, dans le patron, rabattre des deux cotes 1 cm vers l’intérieur, sauf qu’avec du simili cuir on ne peut marquer ces 1 cm au fer, sinon le tissu fond, donc moi j’ai triché, j’ai fait une couture sur la anse pliée en 2 sur l’envers et je l’ai retourné (ça c’est l »étape ou tu transpires un peu, le retournement n’est jamais simple, moi j’ai une baguette vietnamienne en bambou qui m’aide a cette opération) et ensuite pour que la anse soit belle il faut y faire des surpiqûres. Sauf que là, ma machine Singer pour débutante, démissionne. Les épaisseurs de simili qui glissent pas, même sous le pied de biche spécial simili ont raison d’elle, du coup elle fait une couture, mais une couture totalement irrégulière et surtout le fil de canette au dos fait des boules bouffant en deux temps trois mouvements le fil, et faisant une couture pas du tout solide, pas du tout esthétique. Le problème du simili c’est qu’une fois qu’il est piqué ça fait des petits trous, donc si on découd la trace du piquage reste et c’est pas très joli. Pour ma première version j’ai décidée de ne pas faire ces surpiqûres, mais ça donne un petit coté pas fini et ça ne me satisfait pas. Sur cette version, le simili est plus doux il fait moins verni, du coup ça glisse mieux, donc j’ai décidé de faire les surpiqûres, mais celle ci même si elle sont belles sur l’endroit, font toujours des boules de canettes au dos… 🙁 20

Ensuite il faut préparer les pattes ou seront fixées la fermeture, il y a double épaisseurs aussi et on se retrouve avec les même soucis que sur les anses, la surpiqûre que la machine doit bien gérer.

Ensuite une fois que les anses et les pattes fermetures sont raccrochées au corps extérieur, il faut lier les deux corps pour que le sac soit terminé, et là on se trouve parfois avec un gros tas d’épaisseurs au niveau des anses.. Et puis pour terminer, une fois que tout est bien retourné, faire une couture de finition tout autour pour que la doublure reste bien en place.

J’aime beaucoup ce patron et ce sac aussi. Les explications sont bien détaillées avec les photos qui en font un petit film                                                 .

Il est bien expliqué que la machine est importante pour faire ce genre d’article et même si on arrive toujours à s’arranger avec un machine débutant le mieux est quand même d’être bien équipé. Les surpiqûres ne sont pas obligatoires sur ce modèle, mais je trouve le rendu beaucoup plus joli quand elles y sont. Ce patron apprends aussi à faire de jolies finitions sur la pause des fermetures, de poches et j’aime beaucoup. Sa taille: 49 cm de large, 26 cm de hauteur et 11 cm d’épaisseur en font un sac pour transporter ordinateur, affaires de gym, ou un grand sac à main pour celles qui aiment les grands sacs ou l’on peut perdre bouteille d’eau, couches de rechange et sucettes du bébé, bouquins ou cahiers pour étudiante…

En bref un sac à tout, même un sac de voyage pour partir en Thaïlande pour transporter tout ce qui est utile dans l’avion quand on  part pour quasiment 24 heures de transfert, pour mettre ses grosses chaussettes doudous, une écharpe pour la gorge pour la climatisation qui rend malade, pour mon bouquin, mes écouteurs, mon bazar de toilette pour me rafraîchir au réveil avant d’atterrir…

Et du coup, à la fin des anses quand ça boullotait un peu trop, j’ai craqué j’ai commandé la machine que je lorgnait depuis plusieurs mois, après avoir fouillé sur les différents blogs de couture pour avoir un avis sur les marques, les fonctions, le budget… Car c’est important le prix des machines peut être vraiment différent, ma petite Singer vaut aujourd’hui 150€, celle ci dans les 800€ et ça va jusqu’à 2000€. J’ai trouvé un bon plan pour la payer en plusieurs fois que ça ne gréve pas mon budget et je suis très très excité de ce nouveau bolide, car ceux qui me connaissent bien savent que ma machine est ma meilleure amie, c’est avec elle que je passe la plupart de mes weekend, j’en arrive même à quand je me déplace pour un weekend dans le Jura, à la mettre dans mon coffre, car à Lons le Saulnier le magasin de tissu est top et que j’y trouve toujours des nouvelles inspirations… 😉

28

Ma nouvelle meilleure amie…

Voila, cette petite chronique couture est terminée. Si vous cousez n’hésitez pas à coudre ce modèle, si vous ne cousez pas, voici ce qu’on peut faire soi même et avoir la fierté de partir au bout du monde avec pour compagnon une de ses créations pour pas plus qu’un sac du commerce, mais c’est vous qui choisissez ses options et imprimés.

Cricri.

Si vous êtes intéressé par le modèle ou la maison Petit patron, appuyez sur les liens en violet dans le texte.

La chanson: