Y’a dla joie…

Y’a dla joie…

C’est le printemps…

J’adore cette saison, car elle est une promesse, une renaissance, l’ouverture sur un nouvel horizon…

Un jour on se lève et on est différent, le mental plus joyeux, l’envie est revenue, le réveil moins « l’ennemi à abattre »… Le sourire au coin des lèvres, le boost sous les talons, les yeux en état d’alerte maximale…

Le lendemain matin 5h30 même état, avant le réveil, les sens aiguisés…

Et puis, le piaillement des oiseaux avec le jour qui arrive tout doucement, cette chanson, ce bruit de fond qui sera présent chaque matin, pendant les longs mois à venir, signal naturel, réveil sonore extatique qui éloigne la mauvaise humeur, efface la fatigue du quotidien, supprime les galères et te fait croire que commencer une journée avec cette bande son naturelle fera de ce jour un jour particulier, avec la joie à chaque coin de rues.

Commencer sa journée du bon pied est toujours un gage de réussite, les problèmes sont faciles à transformer avec le sourire, la bonne humeur, l’optimisme facile quand des petits êtres grands comme deux pommes te souhaitent la bienvenue dans ce jour nouveau avec leur langage « cuicuitant » de douceur et d’innocence…

Chaque matin depuis quelques semaines j’ai ma bande son d’accueil, comme le bienvenu à Galaswinda des Bronzés quand t’arrives au Club Med, Michel Blanc et Thierry Lhermitte remplacés au pied levé par Mini moineau et sa ptite sœur (pas sûre d’y avoir perdue au change, j’aimerai pas retrouver les originaux avec leurs pagnes au pied de mon lit à 6 heures du mat…). Et ça, ça me met direct dans une pêche d’enfer, avec « l’envie aujourd’hui de casser la baraque », je me prends pour Super woman, pour l’employé du mois, pour une super journaliste, j’ai 20 ans toutes mes dents ( 😉 ) et je me sens prête pour un Marathon…

L’hiver, c’est plutôt hibernation, grosses chaussettes, polaire vieillissante, plaid et « non je sors pas j’ai tricot ce soir, un point super compliqué à monter », ou « non j’ai couture une … …. de fermeture éclair à découdre, douze fois que je refais »… 🙁 … ou « mon mec est hyper jaloux il veut plus que je sorte sans lui, désolé une autre fois, quand il se sera calmé » … ou « j’suis punie, j’ai pas sortie la poubelle la semaine dernière, ma mère m’a privé de sorties de novembre à fin mars… c’est nul non??? »… hi hi hi!!!

Mais le printemps tu te libères, tu ranges ta grosse doudoune de bibendum et ton écharpe en poil de lapin synthétique (car pendant l’hiver t’es devenue Végan; tendance raclettes et fondues au soja, accompagnées de charcuteries au tofu avec un petit blanc local (le blanc c’est juste du raisin, donc pas d’origines animales) et un petit carré de chocolat toutes les heures, pour ton taux de magnésium qui durant cette période descend très rapidement en flèche, heureusement que tu surveilles!…

Donc, tu ranges tes trucs chauds pour ressortir ton petit imperméable gris et noir en pied de poule qui te donne un air lointain (très lointain) d’Audrey Hepburn, tu jettes tes chaussettes par dessus bord pour mettre tes mocassins pieds nus et tes pantalons raccourcissent laissant tes chevilles prendre l’air; pour la jupe va falloir attendre « la cession épilation d’après hiver » prévue mais plus tard, celle ci est toujours assez laborieuse et longue, faut repasser plusieurs fois au même endroit, évacuer régulièrement le tas de fourrure, pas végan celle ci en revanche, qui s’amoncelle à coté de ta serviette, s’en suivra une grosse application de lait pour le corps pour transformer cette peau de serpent hivernal et une matière « douce comme de la soie »… Tout à coup, t’as perdu quelques centimètres d’épaisseur mais c’est juste optiquement parlant, car avec le printemps tu te rends compte que les raclettes végan, le tricot, la punition de ta mère (ben oui, même à 50 ans on a encore une mère, qui peut nous punir, elle peut pas me priver de sorties, mais quand elle me regarde avec son air sévère, je moufte pas, je sais qu’il faut pas trop la chauffer, alors j’suis sage et docile… 😉  ), ton manque d’activité ont rajouté quelques centimètres à ton tour de taille et ta pelure hivernal pèse quelques kilos de plus sur la balance, c’est trois quatre marathons qu’il va te falloir pour récupérer ta ligne de l’automne dernier, afin de pas devoir encore investir dans un nouveau maillot de bain pour l’été , la plage, parce que cet accessoire même s’il est peu couvrant est plutôt cher quand on lui fait le savant calcul du prix face au nombre de centimètres de tissu par rapport au nombre de fois ou tu vas le mettre (je sais pas si je suis très claire mathématiquement parlant, mais Pythagore et moi on parle pas le même langage, vous avez saisi l’idée? ) , ton pyjama si on le ramène au même rapport centimètres / temps d’utilisation pourrait être un Chanel vu que tu le porte tout les soirs, toute la nuit, tout l’hiver savoyard qui dure environ 6 mois…

Bref, heureusement que tu te réveilles avec la patate, parce que y’a du boulot… Le printemps faut tout remettre en route. La vie recommence…

D’abord, faut ressortir les géraniums du local borgne dans lequel tu les as rangés fin d’automne, après les avoir ratiboisés intégralement (j’suis plutôt douée coté épilation et coupe)  pour les mettre en hivernage. Donc transport du local à la baignoire pour leur donner un bain, afin de les réhydrater, de leur redonner un petit coup de boost… Après va commencer une étude longue et laborieuse, pour savoir si les bougres vont reprendre, être aussi beaux que l’été dernier, vérifier qu’ils sont pas carrément secs et qu ils ont pas passés l’arme à gauche pendant l’hiver tout seuls dans leur local, pendant que tu t’acharnais sur ta fermeture éclair pour la vingtième fois… Pis faut guetter la météo, parce que même si les moineaux chantent le matin, on n’est pas à l’abri d’un coup de froid: « En avril ne te découvre pas d’un fil » « Noel au balcon Pâques au tison » « Attention le premier saint de glace , souvent garde la trace »…allez encore un j’adore… »A la saint Denise le froid n’en fait plus à sa guise »… Je suis une jardinière, je connais les dictons et je passe 10 minutes chaque matin à checker la météo sur différents sites (météo Chamonix, Apple météo, Ods radio et France inter ) pour être sure qu’il doit pas geler cette nuit, ce qui m’obligerai à rentrer mes plantations en pleine régénération (ou pas) sinon ça leur serai surement fatal… Et aussi beaucoup de temps à quatre pattes devant mes jardinières à vérifier la moindre petite pousse verte, à vérifier que la terre est bien humide mais pas trop…pfff, c’est physique faut pas croire!

printemps 1

Puis il faut arranger et nettoyer le balcon, pour accueillir tes géraniums qui dans une autre vie seront magnifiques, un  petit coup de balai, ressortir tables et chaises. Cette année, moi j’ai opté pour un « balcon lounge » endroit cosy pour boire le café, papoter, geecker ou bouquiner, des fauteuils confort et une petite table basse pour y poser ma tasse de tisane; mes lunettes que je passe mon temps à chercher vu que je les pose tout le temps mais que j’en ai toujours besoin comme une myope / presbyte que je suis et que je les retrouve jamais, donc c’est bien une table basse plutôt que de les poser par terre et de marcher dessus la prochaine fois que je les cherche. Sauf que ce petit salon lounge que t’as commandé chez C Distruc il a fallu aller le chercher et que une fois encore t’as oublié que t’as une Twingo, dans ta tête tu crois toujours que t’as un van break et c’est quand tu vas chercher ton père à la gare et qu’il a les oreilles bouchées par ses genoux (déjà qu’il est sourdingue, quand ça l’arrange) ou que tu vas acheter une barre de rideaux de trois mètres et que heureusement que t’as un toit ouvrant, là tu te dis que la prochaine fois que t’achètes une voiture, faut vraiment que tu penses à ça parce que des fois c’est gênant… Donc ton salon lounge dans ta twingo violette, il est pas rentré, même en lui bouchant les oreilles, t’as été cherché ton couteau dans la boite à gants ( parce que dans une boite à gants faut un couteau, un tire bouchon, ça c’est beau – papa qui le dit et une trousse d’urgence, mais pas de gant ), donc couteau, ouverture du carton et j’ai réussie à ramener mon salon lounge chez moi, à le monter en trois allers-retour mes trois étages sans ascenseur (mais ça fait les cuisses et c’est bon pour les kilos superflus, si en plus en montant tu penses à serrer les fesses, à bien tout porter à bout de bras tu te muscles les fesses, les bras (ceux qui pendouilles, là dessous…) et les cuisses; donc limite faudrait en acheter deux pour le sport, mais le balcon est trop petit, ça rentrerai pas et ça voudrait dire deux allers-retour avec la twingo à traverser la Haute Savoie, re-couteau… non non on fera du sport autrement!!! stop!!!

Le salon faut le monter, mettre les bons écrous dans les bons trous en tenant compte que la notice qu’ils ont mis avec, y a que des dessins d’un salon de jardin qui ressemble pas au tiens, que les pièces se ressemblent toutes et que tu visses, tu cliques, tu claques, tu casses un truc en plastique parce qu’a un moment « ça te gave c’te connerie » pis que des fois t’es un peu bourinne… 😉

Bref, il est installé, il est méga beau, très lounge, mais… il pleut… donc on va attendre que les géraniums aient un peu poussé pour le tester vraiment, en attendant on le voit du canapé et on attend le soleil…

printemps 2

Et puis faudra aussi regonfler les pneus du vélo qui sont bien à plat après un hiver au garage, faire mon changement de garde robe (ben j’ai pas encore commencé le livre de Marie KONDO sur le désencombrement et le minimalisme, donc j’ai encore une garde robe d’été et une d’hiver), et reprendre les cessions piscine/palmes du mardi, l’aquagym du samedi matin, les cousinades en juin, le mariage de la copine à Bordeaux, le week end prolongé au mobil home avec autre copine, les doigts de pieds en éventail à la balnéo. En attendant les grandes vacances (18 jours, youpi!!!) au soleil et à la plage pour mouiller le maillot et marcher dans le sable et se poser prendre le temps de vivre, de voir ceux qu’on aime…

Et malgré toutes ces activités et occupations en perspective, il va falloir aussi trouver du temps pour écrire les articles, vous raconter mes trucs le samedi matin… Alors il va falloir s’organiser, mieux, pourquoi pas profiter des beaux jours pour se coucher un peu plus tard, peut être profiter du salon lounge pour s’y caler et écrire sans avoir oublié auparavant de construire une installation de rallonges pour l’alimentation de l’ordi…

Cette saison et ses promesses me mettent du soleil dans la tête, ça sent le rosé à l’apéro le soir, les barbecues, la tisane sur le balcon avec ma poupette, les virées en vélo, la liberté, le soleil, les petites robes, la chaleur et la légèreté dans les esprits…

printemps 3

Moi, j’adore le printemps qui commence et ses oiseaux… Et vous???

Cricri

La petite chanson de saison: ici