Colibrictacteur… ou pas…

Colibrictacteur… ou pas…

Coucou,

Je vous ai manqué? Ces quinze jours?

Bizarrement le blog à été plus fréquenté ces deux dernières semaines avec juste une parution, qu’auparavant . Peut être mon public s’agrandit? Ou 15 jours est le bon espacement pour mes articles… A suivre!

A la naissance du blog, je vous avais annoncé vous parler de cinéma, mais jusqu’à maintenant à part l’article Mes deux M ou je parle du film: Mon Bébé , je n’ai pas beaucoup abordé le sujet.

Dans celui ci je ne parlerai pas de ciné non plus, mais de séries, de documentaires, de visuel, sous différentes formes et de choses à écouter…

Pourtant, Je suis allée au ciné et de nombreuses choses m’ont plu, d’autres un peu moins, mais je n’ai pas très envie de donner un avis négatif sur un film. Le dernier qui m’avait déçue et dont j’avais parlé sur instagram était Le grand Bain et j’y déplorais une distribution au top et une idée d’histoire intéressante, mais une déception au final, car pour moi ce film était sans surprise, décevant, attendu .Pourtant il à été encensé par les critiques et il a même été en lice dans beaucoup de catégories aux Césars. Au final, il n’ a pas été tant récompensé, juste une récompense pour le second rôle à Philippe Katerine.

J’ai été voir Tanguy le retour, mais j’ai trouvé ça très moyen, même si c’est toujours agréable de retrouver une équipe qui nous a tant amusée, ça sentait vraiment le réchauffé. Pourtant vous savez que je suis bon public, je ne suis pas difficile.

Les derniers mois j’ai beaucoup aimé: Nous vieillirons ensemble, A star is born , Bohemian rhapsody, My beautiful boy qui m’ont vraiment émus aux larmes, Yao que j’ai trouvé touchant, Pupille très poignant… Bref, j’y vais beaucoup, mais c’est pas toujours le gros choc.

J’aime beaucoup les productions françaises, l’humour national, j’ai beaucoup de mal avec la violence; montré je déteste, suggéré je peux accepter si elle a un intérêt.  En général, je fuie les grosses productions américaines qui mélangent des tueries bien sanguinolentes et des pépées bien roulées présentes juste pour faire beau.

J’aime, quand après le film, on en sort avec une nouvelle réflexion.

Pour moi le ciné doit apporter quelques chose… Sinon autant se caler chez moi le dimanche après midi et rester affalé sur mon canapé devant Stephane Plazza à manger du chocolat, boire des litres de tisane et geeker… Si je paye ma place de ciné, c’est pour que j’y trouve mon compte et 100 morts à la minutes ne me suffisent pas à combler mon besoin de connaissances.

Depuis deux ans maintenant je suis abonné à Netflix.

J’aime beaucoup, car il y a des séries pour tous, même si on retrouve vraiment un gros pourcentage de grosses productions américaines, mais il y a quand même pas mal de propositions intéressantes. J’aime finalement beaucoup le concept de la série, car les épisodes sont souvent relativement court 30/45 minutes, surtout pas de pub en attendant que ça commence ou au milieu, du coup on peut se faire un épisode ou deux chaque soir et se coucher à 22 heures, et puis si on fatigue au milieu, on arête et le lendemain ou la semaine d’après on retrouve l’épisode exactement là ou on l’avait laissé.

Nous partageons l’abonnement avec mes enfants, l’abonnement Premium, dans cet abonnement on à 4 accès simultanés pour 13.99€ (quatre a regarder en même temps sur des postes différents), ce qui nous revient à 4.70€ par mois chacun. Chacun crée son espace et y retrouve son historique, sa liste des trucs en attente et les nouvelles propositions,  puis la barre des séries en cours ou on retrouve toutes celles commencées mais non terminées. L’avantage de cette plateforme est aussi dans son renouvellement perpétuel de nouvelles productions, car on y retrouve des séries anciennes comme les classiques: Friends, Prison breaks…, mais surtout des séries crées exclusivement par Netflix et celles ci sont souvent de bonnes qualités. Il y a aussi beaucoup de films et une belle partie documentaires, c’est sur cette plateforme que j’ai vu les films The true cost sur l’industrie vestimentaire ou le documentaire de Leonardo di Caprio Avant le déluge dont je vous ai parlé dans des articles précédents ou sur les réseaux sociaux. A mon grand regret, il manque un peu de production française, le public est trop peu conséquent pour que ça soit rentable, mais il y en quelques unes quand même et plutôt sympas.

Quelques séries que j’ai bien aimé:

Orange is the new black: un microcosme de la société américaines, à travers des prisonnières; le gang des porto-ricaines, celui des espagnoles, les blanches, les trafiquantes de drogues, chacune avec ses préoccupations quotidiennes pour sa survie, pour les « extra », dans ce vase clos, les coucheries lesbiennes, les jalousies, les amitiés les abus de pouvoir des matons, l’administration pénitentiaire et les politiques… En bref, la  vie de l’Amérique condensée derrière des barreaux. On y rit beaucoup, on y pleure aussi, c’est pas violent (ou très peu et jamais gratuitement). J’aime beaucoup même si arrivé à la saison 6, le sujet s’épuise un peu.

The Crown: l’histoire romancé d’Elisabeth d’Angleterre… 2 saisons, vivement la troisième en cours de tournage.

House of card: l’histoire d’un couple au sommet du pouvoir aux Etats unis qui est prêt à tout pour pouvoir le garder et aller encore plus haut. C’est sans concession, dur et sans pitié. La belle Robin Wright y tient le rôle de Claire la femme de… qui elle aussi s’avère impitoyable… 6 saisons bien remplies…

Du français:

10 pour cent: il est passé à la télé je crois mais comme je ne regarde pas la télévision…Drôles, attachants, les agents de nos acteurs français bien aimés qui négocient les contrats… Y a de la manipulation, des coucheries, beaucoup, énormément de moment drôle et en toile de fond la vie de ces agents de stars…

Plan cœur: une bluette très frenchy, très parisienne avec des jeunes acteurs frais et plutôt sympas… un chouette moment, pas inoubliable mais j’attends la saison 2 quand même…

Et j’en oublie car en deux ans j’ai eu le temps de bien écumer le catalogue.

Et puis il y a des bons films très diversifiés, beaucoup de documentaires très intéressants et aussi des reportages comme Street food , des chanteurs, des célébrités (Beyoncé, lady Gaga, Karl Lagerfield…), des séries culinaires, une section enfants…. Vraiment un catalogue bien fournis…

Toute la famille peut y trouver son bonheur ensemble ou individuellement.

Moi j’aime ce concept.

Dans les séries il y a aussi des trucs intéressants issus de la télévision, dont une en particulier dont je veux vraiment vous parler. C’est une série produite et diffusée par Canal +, mais on la retrouve en DVD (si si, je vous assure le DVD existe encore…) ou sinon je pense qu’on peut la voir en l’achetant sur les TV à la demande que proposent les fournisseurs d’internet ou à la médiathèque de la ville (merci sœurette 😉 )…

Cette série s’appelle Le bureau des légendes.

C’est une série française avec entre autres: Mathieu Kassovitz, Jean pierre Daroussin, Sara Giraudeau et bien d’autres encore…

Le bureau des légende ou BDL est un bureau de la DGSE qui forme et dirige « les clandestins », des agents des services de renseignements français très spéciaux, infiltrés et en immersion dans des zones de conflits et chargés de repérer de nouvelles personnes qui pourraient être recrutés comme sources de renseignements. Chacun étant en totale immersion dans une vie crée de toute part par le service, totalement exposé aux services secrets d’autres pays et lâchés dans un univers de violence total.

On y retrouve au début de la saison 1, Malotru, de retour après 6 ans d’une très grosse mission, avoir du mal à se défaire de son identité de Guillaume Debailly. Marina Loiseau avec son air fragile et sa petite voix mener une affaire des plus compliquée et subir des pressions insupportables. Autour de ces agents gravite une équipe qui les épaule, les guide au mieux, pourtant parfois ça part un peu en sucette, ça bugue, ça désobéis, ils risquent leur vie à tout instant. On est dans le monde de Bachar El Asad, de Poutine, d’El Kaida, en Iran, au plus près des conflits du monde d’aujourd’hui. Il y a déjà quatre saisons, j’attends de voir la quatrième avec impatience. C’est souvent haletant, très violent psychologiquement et physiquement aussi, du polar français très noir mais de très haute qualité.

A voir absolument.

Un peu de radio maintenant, une émission que j’adore. L’émission que tu dois écouter quand tu as le blues, quand la veille aux infos ça n’était que brutalités, horreurs écologique et agressions… Si tu as envie d’une bulle de bienveillance, d’une voix chaude et douce, d’ une discution littéraire, cinéphile ou culturelle, rendez chaque jour de la semaine vers 9h08 sur France inter avec Augustin Trapenard et son Boomerang

Sinon en podcast à n’importe quel moment de la journée et sans modération: podcasts

Et puis, revenons sur du visuel, j’ai découvert depuis peu une plate forme comme Netflix mais française, avec uniquement des documentaires, mais très axée écologie, sauvegarde de la nature, alternatives économiques et société, consciences et réalités de l’information, santé, nouvelles façons de vivre, de consommer de dépenser…

Cette plate forme s’appelle: IMAGO TV

Elle est gratuite, accessible par tous, et elle regroupe des documentaires, des podcasts, des émissions, des mini séries et même des albums de musique… On y retrouve les différents épisodes de Cash investigations d’Elise Lucet, les petits reportages de DATA GUEULE, et des quantités de choses intéressantes, comme les Ethicuriens

Mais surtout du visuel ou la parole est libérée, une dénonciation des pouvoirs qui nous dirigent et font de nous un Troupeau, suiveur, qui évite de se poser trop de questions et de regarder le carnage qui reste, là derrière…

J’y ai regardé un film sur l’élevage intensif des bœufs à travers le monde: COWSPIRACY très percutant, la ferme de mon tonton du Jura est bien loin de ces usines inhumaines et destructrices… On y retrouve le film HOME de Yann Artus Bertrand, des épisodes de Nus et culottés

Bref tout un tas de choses à regarder quand on à envie de se confronter aux réalités de notre monde et qu’on est convaincu que la prise de conscience de chaque humain sur le dysfonctionnement de notre système destructeur sera un pas, petit mais efficace, vers un sauvetage de notre belle planète et de tout ses habitants… Ou peut être ces réalités violentes et insupportables viendront éveiller un esprit endormi et pas du tout concerné…

L’espoir fait vivre…

Voila, trois façons différentes d’être spectateur, je ne suis pas pour l’extrémisme, en tout, et je pense que notre cerveau et nos pensées ont le droit de se distraire devant des images drôles et bienveillantes, mais il faut aussi parfois s’obliger à affronter les réalités et que ces images nous transforment peu à peu en « colibrictacteur » de notre monde dingues depuis trop longtemps déjà…

L’espoir me fait vivre!!!

A bientôt et cliquez bien sur les petites écritures violette, elles vous emmèneront sur le lien dont je vous parle, n’hésitez pas à me laisser un commentaire, j’aime avoir vos retours, vos découvertes et vous avez vous aussi certainement de choses en lien avec l’article à me faire découvrir…Merci…

La petite chanson du jour: ici

Et une petite chronique de Tanguy Pastureau sympatoche:

Cricri